Qui suis-je ?

illustration Ghislain en Fullrunning

Sportif avant tout, j’aime la nouveauté et je cherche toujours, presque malgré moi, à améliorer ce qui m’entoure : un dispositif, un outil, un siège, que sais je encore…!

Je développe aujourd’hui le Fullrunning parce que j’ai pratiqué de nombreux sports, certains à des niveaux  élevés, et que cette nouvelle approche constitue pour moi une bonne synthèse pour une pratique sportive quotidienne qui permet de pratiquer un sport complet toute l’année.

Mon expérience de sportif  se résume ainsi :

  • pratique en club enfant de judo, tennis, foot, …
  • pratique ado de la compétition de ski de fond dans le Vercors (j’en garde la technique de bâtons …)
  • En parallèle, beaucoup de ski alpin, surtout de « hors piste »
  • Equipe universitaire de Volley-Ball
  • Etudiant, vacances en vélo à travers l’Europe
  • Jeune adulte et pendant très longtemps : fan de montagne d’hiver (piolet / crampon, ski rando) et d’été (y compris escalade)
  • Découverte du Surf lors de mon premier Job à Biarritz : pratique quotidienne. Le surf est sans doute le plus beau sport que j’ai pratiqué !
  • Premier semi marathon à 25 ans en 1h21
  • Découverte du snow board – presque exclusivement en hors piste
  • Pratique assidue du fun board à mon arrivée à Montpellier
  • Découverte de l’équitation et notamment de l’endurance équestre : mon cheval m’emmènera en quelques années d’entrainement en championnat de France (16eme) et au niveau international (102eme)
  • Mon premier marathon à 40 ans … 3h30
  • Pratique du triathlon en club – arrêt forcé à cause d’un accident juste avant mon premier Iron man (regret, je n’en ferai jamais …)
  • …. et enfin découverte du Fullrunning !

Comment est né le FULLRUNNING

Les français aiment pratiquer un ou des sports, toute les enquêtes le montrent :
être bien dans son corps fait partie de l’équilibre de vie de chacun.

Les sports les plus pratiqués par les français sont :
– En premier le Vélo – 18 millions de français disent pratiquer le vélo loisir,
– puis la natation 14 millions de pratiquants en France,
– ensuite la marche 12,5 millions de pratiquants en France,
– puis la pétanque 10 millions de pratiquants en France,
– enfin la course à pied avec environ 8 millions de pratiquants en France.

Quand au football, s’il réunit des millions de téléspectateurs, sa pratique reste importante mais loin derrière les sports précités :  4,3 millions seulement de pratiquants !

Les 5 premiers ont ceci en commun : il est possible de les pratiquer avec très peu de matériel, près de chez soi, à faible coût et sans grandes contraintes horaires !

Si le sport est important dans nos vies, tant sur le point physique (maintient en forme, maitrise du poids, …) que psychologique (défoulement, aération, …) il n’en reste pas moins vrai que les pratiques sont très variables en fonction des objectifs recherchés par les uns et les autres.
La pratique peut être seule, en groupe ou en famille suivant les goûts, pour le maintien en forme ou pour la compétition, voir le dépassement extrême de ses limites …

Pour ma part, j’ai été adepte, et pratiquant assidu de nombreux sports.
Si jeune étudiant puis jeune adulte célibataire, je parcourais les montagnes tous les week-end, les contraintes du travail, de la famille, et de la vie en général m’ont amené à faire des choix.

Rétrospectivement, j’ai pu analyser les raisons de mes choix et les critères qui m’ont amené à pratiquer tel ou tel sport, et surtout à en conserver certains et en abandonner d’autres !

La pratique régulière d’un sport est en effet un compromis difficile entre
La durée nécessaire à sa pratique : de 40 minutes à …. plusieurs jours pour certains !
La flexibilité, c’est à dire la capacité à pouvoir décider rapidement et à n’importe quel moment de le pratiquer : parce que là, maintenant, j’ai le temps et que je ne l’aurai plus tout à l’heure
L’effet que me procure la pratique de ce sport : suis je bien après, cela me ressource t-il ? Cet aspect est très subjectif certains cherchant une fatigue intense, d’autres la relaxation, d’autres le coté amusant …
Le plaisir ressenti pendant la pratique sportive est également un critère important : que je me suis ennuyé par exemple à pratiquer un entrainement sur un home trainer à vélo ! Il a vraiment fallu que je prépare des triathlons pour accepter de passer des heures sur cet engin. Un loisir, pour moi, est avant tout une recherche de plaisir !! D’autres aiment la souffrance dans l’effort.
– Enfin je n’oublie pas le critère coût : on peut aimer l’équitation et ne pas avoir les moyens financiers de pratiquer cette discipline!

Aucun sport d’intérieur ne me donne le plaisir recherché.
Certains sports tels que tennis, squash, … correspondent à de nombreux critères et sont très amusants, mais le critère « flexibilité» est tellement prioritaire dans ma vie que j’ai laissé tomber ;  il est nécessaire de programmer à l’avance avec un partenaire, réserver le cours, puis arriver à l’heure …. certains y arrivent, moi pas !

Vous aurez compris donc que la course à pied est devenu depuis plusieurs années le sport de base que je pratique en permanence. Il a en effet de nombreuses qualités.
Mais « l’effet »de la course à pied sur le corps m’a longtemps conduit à coupler systématiquement cette pratique avec celle d’autres sports qui font travailler le haut du corps. En effet, après la pratique de la course à pied, on peut se sentir « mal » dans son dos, ses épaules, à cause des nombreux chocs encaissés, et à cause de la non sollicitation des membres supérieurs ….. ce qui est rarement le cas après une bonne séance de natation.

La pratique de plusieurs sports en parallèle m’a donné le plaisir de pratiquer le triathlon, sport qui est très complet. Mais sa « durée » est trop importante pour pouvoir rester un sport accessible au plus grand nombre : il m’a fallu 10 à 12 heures d’entrainement hebdomadaire pendant un an pour arriver à un « petit » niveau.

En réfléchissant à ce problème de sport « complet », c’est à dire dont la pratique permet de faire travailler l’ensemble des muscles du corps, j’ai identifié les trois sports individuels que j’ai pratiqués et que je considère comme très complets :
L’aviron, le ski de fond et la natation.

Malheureusement, les 2 premiers sont peu facilement accessibles (critère distance) et le troisième, s’il plaît à certains, ne m’apportent pas le plaisir recherché : je n’aime pas trop compter les carreaux du fond de la piscine !

Et c’est en cherchant des combinaisons possibles de ces 3 activités que j’ai trouvé et qu’est né …. le Fullrunning.

Ce nouveau sport a changé ma pratique sportive, et donc une bonne partie de ma vie puisque le sport est important pour moi.

Mon BLOG a ainsi pour objectif de faire profiter le plus grand nombre possible de personnes de ma « découverte ».
Il s’adresse donc aussi bien au sportif en très grande forme physique, qui pratique la compétition dans un sport, et qui y verra un moyen efficace de parfaire son entraînement, que le sportif occasionnel qui souhaite remplacer son traditionnel jogging hebdomadaire par un sport plus complet.

Bon sport à tous, merci de vos commentaires sur le BLOG, et de vos commentaires sur vos essais et votre pratique du FULLRUNNING.

 

 

 

3 thoughts on “A PROPOS..

  1. corneille

    Hello , il est au top ton blog, envoie moi les batons et je démarre demain!
    Bises.

  2. Nicolas

    Bonjour,
    je me demandais si j’étais le seul fou à vouloir courir avec des bâtons de marche nordique: alors j’ai cherché sur internet et je suis tombé sur ce site sympa qui me ramène un peu à la normalité. Au départ il s’agissait de gagner du temps et de continuer de bénéficier des effets sur le haut du corps de la marche nordique, activité à laquelle je m’étais adonné pour me remettre d’une blessure en course à pieds. Contrairement à la marche nordique ou les bâtons permettent d’aller plus vite l’intérêt de courir avec des bâtons est tout autre que compétitif ( ou alors en dénivelé). Il permet déjà d’accentuer la capacité thoracique: j’ai craché mes poumons dès la première séance alors que je cours régulièrement et que je ne fume pas, bien évidemment. Ensuite, il soulage les articulations et le dos des chocs répétés, pour ne pas parler du nerf sciatique qui a tendance chez moi en tout cas à se retrouver compressé… Bref, un réel profit pour le bien-être et j’espère pour la santé… A plus et sportivement…

    1. Ghislain Post author

      Bonjour Nicolas,
      Entre fou on se comprend !
      effectivement le ski de fond est le sport pour lequel les compétiteurs capacité cardio-vasculaire, mesurée avec le CO2max, la plus élevée de tous lessports.
      Et avec le fullrunning, on retrouve cette exigence.
      Bonne course en tout cas et merci pour ton commentaire !
      Ghislain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *